Passer au contenu principal
Expositions Virtuelles    Bibliothèques de l'ENS

« L’IMMENSITÉ DU SACRIFICE »

... C’est après une longue éclipse que le nom de la France reparaît au Palmarès des prix Nobel de Physique, et je me sens très ému d’avoir été l’objet de votre choix. En effet, l’effort de notre pays dans le domaine de la recherche scientifique – en dépit de l’impulsion donnée par Jean Perrin – fut souvent timide et insuffisant. En outre, notre jeune élite intellectuelle a été décimée au cours de la première guerre mondiale, et c’est toute une génération de chercheurs qui a été fauchée sur les champs de bataille. Chaque année, la cérémonie du 11 Novembre qui nous réunit autour du Monument aux Morts, face à l’interminable liste d’élèves de l’École Normale morts au champ d’honneur, nous permet d’apprécier l’immensité du sacrifice ...

En 1977, Alfred Kastler succède à René Vaubourdolle à la présidence de la Société des Amis de l’École normale supérieure. Celle-ci fut créée au lendemain de la Première guerre mondiale pour accueillir les veuves de normaliens morts au combat ainsi que des personnes ayant un lien avec l’École (enseignants, personnels administratifs et techniques, auditeurs, etc.), sans y avoir été élèves. Chaque année, le 11 novembre donne lieu à une cérémonie commémorative en l’honneur des disparus. D’une manière générale, l’histoire de l’École et de ses normaliens se perpétue, génération après génération, notamment par la rédaction et la publication de notices nécrologiques, dont l’intérêt historique est unanimement reconnu. Kastler lui-même rédigera de telles notices ou d’autres textes et discours en l’honneur d’anciens normaliens, tels que Pierre Auger, Jean Baurand, Maurice Bayen, Jean Coulomb, Emmanuel Dubois, Félix Esclangon, Pierre-Gilles de Gennes, Albert Kirrmann, Jean Mendousse, Max Morand, Louis Néel et Yves Rocard.

 

 

Portrait de Henri Abraham (1868-1943)

Henri Abraham

Si Alfred Kastler insiste, dans ce discours, sur les victimes de la Première guerre mondiale, il n’en a pas été moins choqué par la disparition dans les camps lors de la Seconde guerre mondiale d’Henri Abraham (1868-1943), Eugène Bloch (1878-1944) et Georges Bruhat (1887-1944), fondateurs du Laboratoire de physique de l’ENS. De 1976 jusqu’à son décès en 1984, Alfred Kastler a assuré la présidence de la réunion du jury qui décernait le prix des Trois Physiciens, pour entretenir la mémoire des trois fondateurs du Laboratoire de physique de l’ENS.

Portrait de Georges Bruhat (1887-1944)

Georges Bruhat

« Les trois physiciens Henri Abraham, Eugène Bloch et Georges Bruhat, fondateurs du Laboratoire de physique de l’École normale supérieure ont été des enseignants exceptionnels, suscitant le respect et la gratitude de leurs étudiants. Véritables pionniers, ils ont apporté, chacun dans son domaine scientifique, des résultats innovants. Se succédant à la direction du laboratoire de l’ENS de 1912 à 1944, ils ont collaboré aux plans et à la construction du nouveau bâtiment. […] Tous les trois ont disparu, de manière tragique, dans les camps de déportation nazis, en 1943-1944. »
Les trois physiciens Henri Abraham, Eugène Bloch, Georges Bruhat, fondateurs du Laboratoire de physique de l’École normale supérieure, Paris, Éditions de l’ENS, 2009.

Alfred Kastler, dévoilant la plaque qui commémore au Collège de Soultz le souvenir d'Eugène et Léon Bloch

Alfred Kastler, dévoilant la plaque qui commémore au Collège de Soultz le souvenir d'Eugène et Léon Bloch


Présidence de la Société des Amis de l'ENS

  • Statuts de l'association.
  • Correspondance avec d'anciens normaliens ou leurs proches (près d'une centaine).
  • Textes de discours, hommages, biographies, rédigés par Kastler.

Présidence de la réunion du jury du Prix des trois physiciens

  • Documentation sur Abraham, Bloch et Bruhat, articles de presse sur leur déportation.
  • Correspondance avec les proches.
  • Textes de discours, hommages rédigés par Kastler, dont plusieurs sur d'anciens lauréats du prix (Jean Cabanne, Maurice Bayen, Gustave Ribaud, Max Morand, Louis Néel, Pierre Auger, Albert Kirrmann).

 

PIÈCES D'ARCHIVES NUMÉRISÉES