Passer au contenu principal
Expositions Virtuelles    Bibliothèques de l'ENS

« L’ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE, [...] L’ALSACE »

... Permettez-moi également de vous dire la gratitude de l’École Normale Supérieure qui nous a fourni nos chercheurs, jeunes gens et jeunes filles, ainsi que celle de ma petite patrie, l’Alsace, et de ma grande patrie, la France, déjà très honorée, l’an passé, par le choix que vous avez fait des trois prix Nobel de Médecine ...

François Jacob, Alfred Kastler et Jacques Monod

Exprimer la gratitude de l’ENS, de l’Alsace et de la France au comité Nobel est aussi une manière, pour Kastler, de rendre hommage à ceux qui ont permis ce parcours et cette réussite. Il existe dans les archives le texte manuscrit d’un autre discours prononcé après l’annonce du Prix Nobel à une occasion non identifiée dont le passage que voici témoigne de cette reconnaissance :

« Notre gratitude va aux organismes qui ont permis cet essor : le Centre National de la Recherche Scientifique, la Délégation Générale à la Recherche, la Faculté des Sciences de Paris qui nous ont fourni l’équipement et les moyens de retenir les jeunes. Le Laboratoire de physique de l’ENS qui nous a accueilli et qui est devenu sous l’impulsion d’Y. Rocard un grand laboratoire de recherches, mais le capital le plus précieux est le capital en hommes. Ce capital nous est venu de l’École Normale supérieure, de cette pépinière d’élite, unique en France, peut-être unique dans le monde. Ce sont de jeunes Normaliens et de jeunes Sévriennes rassemblés autour de Jean Brossel et de moi-même qui ont mis en oeuvre et développé les méthodes que nous avions imaginées, et qui ont obtenu des résultats que nos premiers travaux ne laissaient pas prévoir, et à l’heure actuelle l’oeuvre des disciples dépasse de loin l’oeuvre des anciens. »
Fonds Kastler, pièce 11026

Ces propos révèlent encore l’importance que Kastler attachait au travail collectif mais aussi à l’émulation entretenue entre maîtres et élèves qui permet le maintien d’une recherche d’excellence : pour ne citer que deux exemples emblématiques Claude Cohen-Tannoudji, prix Nobel 1997, fut élève d’Alfred Kastler et de Jean Brossel, et Serge Haroche, prix Nobel 2012, élève de Claude Cohen-Tannoudji.

« L’intérêt des élèves, voilà quelle était la préoccupation constante d’Henri Abraham ! Peu de temps avant le concours d’agrégation, à la fin de la dernière leçon, il s’adressa à notre promotion pour nous parler de ce souci majeur. "Vous aurez dans votre carrière non seulement à faire des leçons, nous dit-il, mais à faire passer des examens, même des concours. N’oubliez jamais, insista-t-il, que le candidat qui est devant vous n’est pas dans son état normal. Si vous voulez être capable de le juger, votre premier souci doit être de le mettre en confiance. Ne posez jamais, comme première question, une question difficile. Posez une question telle que le candidat puisse y répondre à coup sûr. Permettez-lui toujours d’embrayer le dialogue. Puis vous poserez des questions de difficultés croissantes, et vous ne tiendrez pas compte de la première réponse dans l’appréciation finale." Au cours de ma carrière personnelle, je me suis souvent rappelé cette recommandation. Notre maître nous l’avait donnée dans un souci d’équité et d’humanité. Si tous les maîtres étaient à la hauteur de leur tâche, s’ils savaient toujours poser convenablement les questions aux examens, il y aurait sans doute moins d’amertume et moins de contestations. »
Alfred Kastler, « Henri Abraham et l’enseignement de la physique » extrait de Henri Abraham : Commémoration du Centenaire de sa naissance à l’École Normale Supérieure le 7 décembre 1968. Pièce 01046

Le fonds d’archives présente des pièces relatives à son attachement à l’Alsace dont il est originaire et qui est devenue avec Strasbourg l’avenir, le carrefour de l’Europe, et un symbole de la réconciliation franco-allemande. Alfred Kastler était membre de plusieurs associations telles que le Cercle René Schickelé, association culturelle attachée au bilinguisme, l’Association générale d’Alsace et de Lorraine, l’Académie d’Alsace, le Cercle alsacien et mosellan de Paris, le Rotary Club de Colmar, et a défendu dans ses discours le régionalisme.



Pièces concernant l'Alsace dans le fonds Kastler

  • 15 discours écrits par Kastler à l'occasion d'inaugurations, de remises de prix, de dîners d'anciens élèves de lycées alsaciens.
  • Plus de 390 lettres.
  • Articles et interviews de sa jeunesse en Alsace.

 

PIÈCES D'ARCHIVES NUMÉRISÉES

« L’ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE, [...] L’ALSACE »